Maison à colombage

Une maison à colombages ou maison à pans de bois, est une maison formée de deux éléments principaux :



Catégories :

Style de maison - Maison - Technique de construction

Pages similaires :

  • Une maison à colombage est aussi appelée maison à pans de bois... Les maisons à colombages sont nées avec la technique des bois longs qui consiste à... (source : lamaisonenbois)
  • La maison alsacienne à pans de bois : principaux éléments du colombage.... la maison à colombage est l'œuvre quasi exclusive du charpentier dont... (source : encyclopedie.bseditions)
  • La maison à colombage est indissociable du paysage normand.... Cette technique porte aussi le nom de construction en pans de bois et en colombage.... (source : explorimmo)
Maisons à colombages à Pont-Audemer.
Maisons à colombages à Pont-Audemer.

Une maison à colombages ou maison à pans de bois, est une maison formée de deux éléments principaux :

Le terme de colombage utilisé couramment pour désigner une maison à pans de bois vient de la petite avancée en tuiles protégeant des intempéries les murs et sur laquelle les pigeons ou colombes viennent se poser. Cette avancée se trouve fréquemment sur les extrémités des maisons, mais parcourent quelquefois la totalité du périmètre.

Cette technique, qui existait déjà dans l'antiquité romaine, a été utilisée en France dès le début du Moyen Âge jusqu'au XIXe siècle. Cependant, dès le XVIIIe siècle et durant tout le XIXe siècle, on plâtre les façades des maisons à pans de bois afin de leur donner un aspect plus luxueux et moderne. Cela dit de nombreuses maisons à colombage subsistent un peu partout en Europe et des plans de restauration sont mis en œuvre afin de conserver ce type d'habitat reconnu comme un patrimoine architectural.

Les différentes techniques de construction à colombages

Matériaux utilisés

Maison à colombage dans la Petite-France à Strasbourg.
Maison à colombage dans la Petite-France à Strasbourg.

La maison repose le plus souvent sur un mur de refend qui protège le bois de l'humidité du sol. Parfois, tout le premier niveau est fait de pierres.

Le remplissage (hourdage) est le plus souvent fait de torchis (argile, de la paille, du sable, et de la chaux), matière isolante et imperméable. La brique a aussi été utilisée, recouverte d'une couche de plâtre pour lisser le tout.

Pour les techniques de remplissage au torchis, il existe, entre autres, la technique de plaquage (comme en Bresse), mais également deux autres techniques originales : l'espace à remplir est d'abord «palissé» (mise en place verticale de sections de bois imputrescible), puis le torchis est mélangé à de la paille afin d'obtenir une forme de boudin qu'on entoure autour du palissage. On peut aussi faire une boule qu'on place entre le palissage.

La technique des bois longs

Bois longs et bois courts dans les rues de Rouen
Bois longs et bois courts dans les rues de Rouen

La technique des bois longs a été utilisée essentiellement au début du moyen âge. Pourtant assez simple, elle a été assez rapidement abandonnée à cause de plusieurs facteurs. Les poteaux montent d'un seul trait, du bas de la maison vers le haut. Les pièces horizontales viennent dans ce cas s'assembler dans les pièces verticales.

Les raisons de son abandon sont multiples. Tout d'abord, énormément de ces maisons étaient construites à même le sol, sans isolation du bois qui pourrissait par conséquent facilement. Les maisons en longs pans qui sont aujourd'hui conservées ont été construites avec un mur de refend, prévenant ainsi le pourrissement des bois. De plus, à partir du XIIIe siècle, le bois long se raréfie, tout particulièrement en ville. Il était en outre bien difficile d'apporter de longs poteaux dans les ruelles étroites et sinueuses des villes médiévales. Cette technique a par conséquent été abandonnée peu à peu pour laisser place à la technique des bois courts. Elle a été interdite dans les voies publiques des grandes villes, afin d'éviter la communication du feu d'un côté d'une rue à l'autre[1].

La technique des bois courts

La technique des bois courts a par conséquent pris le pas sur les bois longs. On n'utilise plus de longs pans mais des bois plus courts qui favorisent la construction, tout particulièrement en ville. Un poteau forme un niveau. Cette forme de construction va permettre le développement des maisons à encorbellement.

L'encorbellement

Icône de détail Article détaillé : encorbellement.
Encorbellements primitifs à Rouen, rue du Petit Mouton (XIVe siècle)
Encorbellements primitifs à Rouen, rue du Petit Mouton (XIVe siècle)
Les encorbellements assombrissent complètement la Ruelle des Chats à Troyes
Les encorbellements assombrissent totalement la Ruelle des Chats à Troyes

Ce terme est dérivé de corbel, forme ancienne de corbeau. L'encorbellement a pu se développer grâce à la technique des bois courts. Ce système de construction permet de porter une charge en surplomb sur le nu d'un mur. Les maisons vont par conséquent avoir un ou plusieurs étages, en saillie sur le rez-de-chaussée.

On en trouve dès le XIVe siècle. Au cours du temps, cette technique va se améliorer, ce qui va permettre la multiplication des encorbellements. Certaines maisons pouvaient avoir deux ou trois étages en encorbellement.

L'encorbellement primitif était fort simple : le poteau du rez-de-chaussée portait le sommier et s'évasait vers le haut en portant le pigeard ; la première sablière du premier étage était directement posée dessus. Ce système va évoluer vers un assemblage plus compliqué : le sommier repose sur le pigeard. Il y a deux sablières, une inférieure, correspondant au mur du rez-de-chaussée et une supérieure, servant au mur du premier étage.

La construction en encorbellement avait plusieurs avantages : elle permettait de gagner un peu de place dans les étages, mais en particulier elle évitait aux eaux de pluie de s'écouler sur la façade; ainsi, chaque étage en encorbellement protégeait l'étage inférieur.

Cependant, au fur et à mesure ce système a été interdit. À Rouen, par exemple, il fut interdit en 1520, au prétexte de «faire circuler l'air pour lutter contre la peste». À Paris, il fut interdit plus tardivement, en 1667. Il comportait en effet aussi de nombreux désagréments. Les rues médiévales, assez étroites, se trouvaient ainsi encore plus réduites, ce qui les assombrissait. D'autre part, ce système posait des problèmes de sécurité lors des incendies, assez courants dans les villes médiévales. Un autre facteur qui est à prendre en compte est celui de la nouvelle influence de l'architecture italienne.

L'essentage

L'essentage consiste à recouvrir les poutres, le plus fréquemment les pignons, avec des ardoises. C'est une protection durable du bois qui se trouve exposés aux intempéries.

(Pour une protection en «tuiles bois» on parlera plutôt de bardage)

Essentage décoratif dans les rues de Rouen
Essentage décoratif dans les rues de Rouen

La maison gothique

Le type de la maison gothique s'est développé après la guerre de Cent Ans et 1520. Le rez-de-chaussée comporte quelquefois une boutique. Elle était formée d'un ouvroir qui donnait sur la rue, ouvert la journée, et qu'on fermait la nuit avec des volets de bois. Les étages étaient bien fréquemment en encorbellement. Cette période est d'ailleurs l'âge d'or de ce type de construction, qui rencontra quelquefois des abus. Le toit est à pignon sur rue, avec ferme débordante, portée par des pigearts. Il y a un système de surcroît afin de plus aisément utiliser le comble.

Les fenêtres de la maison gothique prennent de l'importance. En effet, elles sont fréquemment regroupées par plusieurs afin de donner davantage de clarté à l'intérieur; quelquefois même, elles se développent sur toute la largeur de la façade.

Le décor de la maison se fait à cette époque plus présent : tout élément en bois peut être sculpté. C'est ainsi que les sablières, pigearts, meneaux, traverses, encadrements des fenêtres et des portes sont sculptés.

Les maisons dites gothiques étaient peintes, quelquefois dans des tons assez vifs. Cette peinture a disparu au cours du temps ou a tout simplement été otée plus tard; aujourd'hui, lors de la restauration de ces maisons, elles sont repeintes.

La Renaissance

Durant la Renaissance, nous constatons peu de modifications dans la technique de construction. Le principal fait réside en la disparition progressive des encorbellements, due aux interdictions. On utilise davantage la pierre ; certaines maisons à pans de bois ont les deux premiers niveaux construits dans ce matériau. La principale innovation est dans la décoration, qui a tendance à s'inspirer des décors italiens : on abandonne progressivement le décor gothique pour des pilastres, chapiteaux, moulurations, volutes, corniches… Les parties les plus ornées sont les sablières, fenêtres et portes.

Les XVIIe et XVIIIe siècles

Les maisons se font à cette époque plus sobres. On continue de construire dans le style des bois courts ; mais les fenêtres s'allongent et les façades sont en général plus sobres et s'adaptent aux lignes droites de l'ordonnance générale.

Exemples actuels

Limoges : place Saint-Martial
Limoges : place Saint-Martial

Beaucoup de villes françaises comptent de beau exemples de construction à colombage :

Limoges, et plus précisement le quartier des bouchers (rue de la Boucherie). Tours, avec la Place Plumereau qui forme un ensemble magnifique. Angers, Cæn, Rouen, Troyes dont les structures font principalement appel aux poteaux verticaux long et rapprochés, technique des débuts des colombages.

Le pays d'Auge est reconnu pour ses constructions à pans de bois. Même si énormément de manoirs ont actuellement un statut privé, la villa Strassburger à Deauville, le château de Crevecœur en Auge ou le manoir de Coupesarte sont des éléments marquants de ce type d'architecture. Des visites de ces bâtiments sont possible.

Dans la Bresse du XVe siècle, ont été créées des maisons en pans de bois démontables et transportables, sans fondations, reposant sur un socle en bois appelé cheule. Les pans de bois reposant sur le cheule étaient chevillés. Après les pans de bois, on posait directement la toiture et ce n'est qu'ensuite que les interstices muraux étaient hourdis avec des briques ou du torchis. On trouve des exemples de torchis pauvre en chaux formé de terre grasse et de branches d'aulne rouge ou noir dans cette région.

Le Porcien, canton des Ardennes compte aussi nombre de bâtiments à pans de bois et torchis : maisons et granges, mais également une église à Montmeillant, mais aussi des Halles à Wasigny, Saint-Jean-aux-Bois ou encore Chesnois-Auboncourt.

En Alsace, la technique du pan de bois fait largement appel à la triangulation pour permettre une répartition des charges. L'influence des techniques observable dans le Bade-Wurtenberg voisin est bien visible. Les structures sont plus complexes et plus évoluées, les report de masses pour dégager des ouvertures larges et le blocage des pivotements avec renforts obliques sont très utilisés. Certaines poutres apportent des éléments décoratifs représentant des losanges, barrés ou non de croix de saint Antoine, des chaises curules ou, surtout dans la région du Kochersberg, une figure stylisée d'homme "Mànn", bras et jambes écartées. … Les bois apparents sont fréquemment sculptés et les renforts taillés en doucine.

L'Alsace compte encore un grand nombre d'exemples de structures à colombage, avec des villages entiers ayant conservé leur maisons d'époque, surtout au sud, le Sungau, au nord en Outre-Forêt (Seebach, Hunspach Hoffen, Betschdorf... ) et dans les vignobles, Ribeauvillé, Kaysersberg, Riquewihr, Obernai... Il est intéressant d'observer l'évolution homogène de l'architecture du nord au sud de cette région. À Strasbourg, le quartier de la Petite France, la maison Kammerzell, sont aussi remarquable par leur architecture avancé.

Vannes, son centre-ville
Vannes, son centre-ville

La Bretagne compte aussi un grand nombre de centre-ville qui a coservé son architecture moyen-âgeuse. En Haute-Bretagne, il y a Dinan, Vitré, Rennes et ses deux quartiers en colombages, quartier Saint-Georges et quartier Saint-Michel, Châteaugiron, Fougères...

En Basse-Bretagne, il y a Vannes, Pontivy, Tréguier, Morlaix...

Notes et références

  1. Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle.
Colombages de la place du Römerberg à Francfort-sur-le-Main (Hesse, Allemagne)
Colombages de la place du Römerberg à Francfort-sur-le-Main (Hesse, Allemagne)

Annexes

Bibliographie

Recherche sur Google Images :



"Accueil :: Types de maisons en bois ..."

L'image ci-contre est extraite du site www.lamaisonenbois.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (300 x 400 - 64 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :

Chercher sur Amazone Refaire la recherche

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_%C3%A0_colombages.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 21/01/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu