Tuile

Une tuile est un élément de construction utilisé dans le bâtiment comme pièce de couverture pour la toiture. Ce terme dérive du nom latin de ces objet : tegula, ce terme dérive de tegere qui veut dire «couvrir».



Catégories :

Matériau de construction - Toit

Définitions :

  • tuiles - Matériau de couverture en terre cuite, béton ou verre. Il existe trois familles de tuiles : les tuiles plates, les tuiles canal et les tuiles... (source : avendrealouer)
  • se dît d'un vin qui a pris une couleur de tuile. (source : bolteau.free)
Toiture de tuiles, Chine.
Toiture de tuiles, Chine.

Une tuile est un élément de construction utilisé dans le bâtiment comme pièce de couverture pour la toiture. Ce terme dérive du nom latin de ces objet : tegula, ce terme dérive de tegere qui veut dire «couvrir». La forme tuile est due à la métathèse du i de tiule. Le terme toit à la même origine[1].

La plupart du temps, les tuiles sont fabriquées en terre cuite, ou en béton. Il existe différents types de tuiles, décrits ci-après. Elle est très employée dans les régions où l'argile est abondante, le plus souvent dans les plaines, en dessous de 500 mètres d'altitude.

Différents types de tuiles

Tuile canal

Toit en tuile canal d'une bergerie située dans la commune de Bouyon (Alpes-Maritimes)
Toit en tuile canal d'une bergerie située dans la commune de Bouyon (Alpes-Maritimes)
Toit suédois, avec utilisation d'une tuile posée à l'envers sur les angles, à Skanör en Suède (construction de 1777)
Toit suédois, avec utilisation d'une tuile posée à l'envers sur les angles, à Skanör en Suède (construction de 1777)

La tuile canal, ou tuile traditionnelle, très utilisée dans le sud de la France, s'inspire des formes et en particulier de l'aspect, une fois posée, des tuiles romaines telles qu'on peut encore en voir sur les toitures des vieux quartiers des villes italiennes. Ces tuiles étaient de forme différente selon qu'il s'agissait de la tuile du dessous, plate avec deux bords latéraux relevés, ou de celle de dessus, de section semi-circulaire (imbrex et tegula).

Les tuiles canal, telles qu'elles sont fabriquées aujourd'hui, sont identiques par leur forme, qu'il s'agisse de la tuile du dessus (tuile «de chapeau» ou «de couvert») autant que de la tuile du dessous (tuile «de courant»). Elles sont de section tronconique : le diamètre de base est plus petit à une extrémité qu'à l'autre (le diamètre de base extérieur du haut de la tuile est le même que celui de l'intérieur du bas de la tuile, ce qui permet de les emboîter).

La légende veut qu'autrefois, pour lui donner cette forme, l'argile à l'état de pâte était moulée sur la cuisse, en précisant quelquefois "sur la cuisse de femmes... ", ce qui pourrait avoir un rapport avec le qualificatif, encore attaché aux tuiles canal de grandes dimensions, de : "tige de botte". En réalité, on se servait de gabarits en bois sur lesquels la pâte, préformée en galette, était plaquée.

Actuellement, les tuiles-canal sont fabriquées mécaniquement par extrusion au travers d'une filière de section demi-circulaire, puis par découpage des bords de manière à obtenir la forme tronconique requise.

L'assemblage des tuiles canal se fait deux par deux, une tuile dessus avec le dos en haut, une tuile dessous avec le dos en bas, disposées tête-bêche et la tuile de couvert venant recouvrir partiellement la tuile de courant. Ainsi l'eau qui ruisselle sur le dos des tuiles de dessus est recueillie par le canal que forment les tuiles de dessous.

L'étanchéité de ces toitures, le plus souvent de faible inclinaison (25 à 40 %), étant limitée par manque d'«emboîtements», la tuile canal est plutôt utilisée dans les climats méditerranéens, peu pluvieux. C'est principalement une tuile méridionale mais on la trouve en Lorraine et en Champagne orientale sur des bâtiments ruraux construits en profondeur et dont les toits étaient à faible pente.

Au Moyen Age, un petit module de tuile-canal était utilisé en Alsace.

En 1841, Xavier Gilardoni est l'inventeur de la tuile mécanique à emboîtements ainsi qu'à canaux d'écoulement intérieur. Cette tuile économise poids et surface grâce à un ingénieux système d'emboîtement évitant la fixation individuelle de chaque tuile sur les charpentes comme c'était le cas pour les tuiles plates. Cette tuile est produite en particulier à Pargny-sur-Saulx.

Tuile plate

C'est la tuile historique du Nord de la France, avec des pentes raides, plate avec un arrondi sur la partie basse; elle s'utilise actuellement du centre au nord ainsi qu'à l'Alsace, essentiellement dans les campagnes ou dans les secteurs historiques des villes. Pour des raisons esthétiques ou d'étanchéité, on l'utilise soit en simple recouvrement soit en double recouvrement.

Autres modèles

Fabrication traditionnelle des essis (tuiles en bois) dans les Vosges
Fabrication traditionnelle des essis (tuiles en bois) dans les Vosges

Versions modernes de la tuile, d'autres modèles ont été conçus, visant l'économie et/ou l'esthétique; citons essentiellement : la tuile mécanique et la tuile dite panne, qui disposent d'un emboîtement double : latéral et supérieur. Dans les régions de montagne, signalons aussi la tuile en bois ou bardeau, comme l'essi (ou essie), utilisée dans les Vosges, ou l'ancelle et le tavaillon, utilisés dans le Jura et les Alpes.

Tuiles accessoires

Il s'agit de tuiles dont la forme permet une finition de la toiture, comme par exemple le faîtage (tuiles faîtières), le contour de cheminée, les bordures (tuiles de rive), les demi-tuiles pour une pose "croisée", les tuiles en verre pour laisser pénétrer la lumière du jour dans certaine parties du toit, etc.

Tuiles et environnement

Les tuiles et les briques cuites présentent de nombreux avantages environnementaux consomment une quantité significative d'énergie (avec émissions de gaz à effet de serre associées) pour leur séchage (30 % de la consommation d'énergie dans les tuileries industrielles) et cuisson, puis pour leur transport.

De nombreux pays et entreprises veulent perfectionner le bilan énergétique et environnemental des tuileries. Par exemple, le plan national français de réduction des émissions de gaz à effet de serre, limitait les émissions d'équivalent CO2 du le secteur "briquetterie et tuilerie" à 1,34Mt/an pour la période 2005–2007. La production augmentant de 2% environ par an, ceci correspond à une réduction de 15 % des émissions de CO2. La FFTB (Fédération française des tuiles et briques), aidée par l'ADEME et l'UE dans un projet DIDEM Life ont vise à diminuer de 30 % ce CO2 par séchage dans de l'air saturé en humidité pulsé à haute température[2].

Bibliographie

Expressions

Voir aussi

Liens externes

Notes

  1. (fr) Définitions lexicographiques et étymologiques de tuile du CNRTL.
  2. Bilan Life Innovation (voir page 60 sur 148)

Recherche sur Google Images :



"Tuile Double Canal 12"

L'image ci-contre est extraite du site www.usinenouvelle.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (467 x 467 - 27 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :

Chercher sur Amazone Refaire la recherche

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Tuile.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 21/01/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu